Recherche

Accueil du site / Actions / Pollution lumineuse / La pollution lumineuse, son impact sur les oiseaux

Nous souhaitons poursuivre notre conférence du 29 janvier dernier, en vous informant sur les impacts que cette manière intempestive peut causer sur la faune aillée.


En effet, comme l’indique le rapport de Museum National d’Histoire Naturelle (France) (1), les oiseaux ont évolué depuis des milliers d’années, dans des conditions naturelles, avec la lune et les étoiles comme seule source de lumière nocturne. Lors de mauvaises conditions météo, ils se dirigent vers les étoiles, ce qui les aide à se tenir au-dessus de la couverture nuageuse. Ce comportement peut se révéler fatal en présence de lumières artificielles sur de grands édifices. De nombreux cas de collisions de masse ont été répertoriés, sur des objets très variés : tours de TV, plates-formes pétrolières, bateaux, torchères, etc.

Les conséquences négatives sur les oiseaux sont particulièrement sensibles lors de la reproduction et de la migration.
« En milieu urbain, l’éclairage massif de la ville (bâtiments, phares de voitures, vitrines, signalisation routière...) perturbe le rythme biologique des oiseaux et influence leur comportement de reproduction. Certaines études ont mis en évidence le rôle négatif de l’éclairage nocturne urbain pour la survie des espèces qu’est la période de reproduction. Et les conclusions qui en ressortent sont très claires : la reproduction se réalise en décalage, car la lumière stimule l’activité des organes reproducteurs ainsi que les sécrétions hormonales. Les mâles chantent plus tôt, ce qui a pour effet de tromper les femelles pour le choix du mâle reproducteur. La période de nidification est elle aussi anticipée, ce qui entraîne un manque de ressources alimentaires pour la jeune progéniture. » (2)

De plus, les oiseaux migrateurs peuvent aussi être désorientés en pénétrant dans les halos lumineux au-dessus des agglomérations. Ils sont soudain éblouis, et, privés de leur carte céleste, ils tournent en rond pendant des heures. Ils épuisent ainsi de précieuses ressources énergétiques qui leur sont indispensables pour franchir la Méditerranée et le Sahara. En outre, il est montré que les oiseaux migrateurs étaient très sensibles à une stimulation optique soudaine, comme un simple faisceau lumineux issu d’une lampe de 200 Watt dirigée vers le haut. Les oiseaux réagissaient très fortement, changeaient d’altitude et déviaient de leur route initiale parfois jusqu’à 45°.

(1) Museum National d’Histoire Naturelle (France) - Service du Patrimoine Naturel Département Écologie et Gestion de la Biodiversité. Extrait du rapport SPN 2008/8 impact de la pollution lumineuse sur la biodiversité.

(2) (2) La Porte aux Étoiles, Journal des astronomes amateurs du Nord de la France , numéro 32 - printemps 2016. Extrait de l’article (pages 26 à 30) ‘L’impact de la pollution lumineuse chez les populations d’oiseaux" par Emeline Taubert