Recherche

Accueil du site / Actions / Réserve du Carpu / Restauration d’un pré-verger bocager au Carpu

Le 17 mars 2015, pas moins de 32 membres du personnel de l’entreprise GSK, dans le cadre d’une journée de volontariat octroyée par leur employeur, se sont donné rendez-vous dans la réserve naturelle de la Prairie du Carpu, à l’invitation de Natagora et du PCDN de Rixensart. Sous les conseils avisés des différents bénévoles de l’association de protection de la nature et du PCDN, la joyeuse équipe a entrepris la restauration d’un pré-verger bocager par la plantation d’une haie champêtre d’une soixantaine de mètres et de 5 arbres fruitiers hautes tiges.

La haie est composée d’arbustes d’essences indigènes d’origine locale : aubépine, prunellier, sureau noir, viorne obier et églantier. Celle-ci fournira le gîte et le couvert à de nombreux animaux, les fleurs luxuriantes de ces arbustes étant appréciées des pollinisateurs et les baies abondantes constituant un mets de choix pour les oiseaux frugivores et les petits mammifères.

Le choix des arbres fruitiers (2 pommiers, 2 pruniers et 1 cerisier) s’est quant à lui porté sur des variétés locales anciennes et donc bien adaptées à notre climat, contribuant ainsi à la préservation de ces variétés menacées. Les vergers hautes tiges étaient jadis abondants dans la Vallée de la Lasne, mais ceux-ci ont progressivement disparu suite à l’intensification de l’agriculture et à l’urbanisation croissante. Or, ces vergers constituent l’habitat de nombreuses espèces menacées : des oiseaux comme la chevêche d’Athena ou le rougequeue à front blanc, des insectes comme le pique-prune ou encore des mammifères tels que le lérot.

Voir plus de photos

Ces plantations font suite à la création, au printemps 2013, d’un pré fleuri semé par Natagora sur cette parcelle fort perturbée lors des travaux d’égouttage du ruisseau du Carpu. En vue d’assurer un entretien annuel de ce pré-verger, la mise en œuvre d’un pâturage extensif, tel que pratiqué jadis, sera envisagé à court-terme, ce pourquoi des protections ont été placées autour des arbres fruitiers. La prochaine étape constituera en la clôture de la parcelle en vue d’y placer quelques herbivores durant 1 ou 2 semaines chaque année.

Ce chantier-nature a pu être réalisé grâce au soutien financier de la Région wallonne et à l’aide logistique du service Travaux de la Commune. Ces différentes actions s’inscrivent au sein du plan de gestion global du site de la Grande Bruyère, dont les principaux objectifs sont le maintien et la restauration des biotopes et des populations d’espèces vulnérables et l’accueil du public dans une optique de sensibilisation à la protection de la nature.

Julien Taymans
Conservateur de la réserve naturelle de la Grande Bruyère et de la Prairie du Carpu
julien.taymans@natagora.be