Recherche

Accueil du site / Batraciens / Et avant 2015 ? / Les passeurs du Moulin

Printemps 2014

Par ce titre accrocheur, vous pensez peut-être que je vais vous évoquer un manuscrit inédit de Simenon sorti d’une quelconque catacombe parisienne ou liégeoise, ou encore vous vanter le dernier thriller d’Harlan Coben ou, qui sait, le nouveau succès de Stromae. Ou mieux, vous plonger dans les coulisses du Moulin Rouge pour titiller certains fantasmes érotiques qui sommeilleraient encore…

Que nenni !

Nous voudrions, par ce titre accrocheur, remercier les nombreux "passeurs" bénévoles, qu’ils soient du Moulin, de Montegnie, de Renipont ou de Limalsart, qui ont participé cette année encore aux migrations nocturnes des batraciens. Grace à eux, de nombreux tritons, crapauds et grenouilles ont été épargnés de l’hécatombe habituelle lors de leur retour aux sources en quête de reproduction. Pour rappel, les batraciens parcourent d’énormes distances pour regagner leur propre berceau aquatique pour y pondre leurs œufs et assurer la pérennité de l’espèce. C’est dans ce long parcours qu’ils sont les plus vulnérables et méritent toute notre attention.

Cet hiver, nos "passeurs" ont dénombré une forte diminution d’individus due vraisemblablement aux deux hivers très rigoureux que nous avons connus en 2012 et 2013. Il faut laisser le temps aux générations pour se refaire puisque la maturité sexuelle des grenouilles n’est atteinte qu’après deux ou trois ans. C’est donc avec une infinie patience qu’ils ont arpenté quotidiennement les sites de migrations pour une cueillette parfois très décevante et méritent en cela toute notre gratitude. Je les entends encore s’encourager en fredonnant avec la voix nasillarde des ferrailleurs : allo, allo, batraciens, profitez de notre passage pour nous confier vieux crapauds, vieilles femelles, tritons usagés, grenouilles errantes, danseuses des prés dépréciées ou accoucheurs sur le déclin, allo, allo, batraciens,…☺

JPEG - 57.7 ko

Pourquoi développer tant d’énergie pour les sauver ?
Parce que les batraciens constituent un maillon essentiel de la chaîne alimentaire en consommant énormément de nuisibles notamment les limaces, ce qui diminue sensiblement l’usage de produits toxiques que nous avons pris la mauvaise habitude de répandre pour en venir à bout. Ils servent également de nourriture pour leurs prédateurs qui jouent, eux aussi, leur rôle de régulateur dans la prolifération des espèces.

Pour le P.C.D.N
Jean Gervy
printemps 2014


Si vous désirez en savoir plus et devenir sauveteur pour l’année prochaine :
- Service environnement : 02 634 35 55 ou melanie.marion@publilink.be
- Rainne