Recherche

Accueil du site / Actions / Sablière de Rosières / Une falaise à hirondelles dans la Sablière

28 mars 2013 : Déshabillage de la falaise

Retour à la page "Sablière de Rosières, ça bouge"

Après 3 semaines de séchage, Floreco a procédé au décoffrage de la falaise.
Bruno Marchal, l’initiateur du projet, a percé des trous dans les parois et installé sur le sommet un enregistreur diffusant des chants d’hirondelles de rivage dans l’espoir d’attirer les oiseaux.

- Reportage de TVCom
- La Dernière Heure
- Le Soir (voir document pdf joint en bas de page)

JPEG - 34.5 ko
JPEG - 35.3 ko
JPEG - 29 ko
JPEG - 33.8 ko
JPEG - 27.8 ko
JPEG - 27 ko
JPEG - 38.4 ko
JPEG - 32 ko

Mars 2013 - Une falaise à Hirondelles de rivage édifiée au début du mois afin de favoriser leur retour dans la sablière….

Si l’on veut bien admettre que la foi déplace des montagnes, l’espoir construit des falaises ! L’association inédite des pouvoirs publics, de l’associatif et d’une entreprise privée en a permis en tous cas la construction dans l’ancienne sablière de Rosières.

JPEG - 77 ko
Photo B. Marchal

Bientôt le printemps ! À l’initiative de Bruno Marchal, Président de l’ASBL Plumalia, dans le cadre du PCDN de Rixensart et avec le soutien de la Région wallonne et de la Commune, une falaise à Hirondelles de rivage (Riparia riparia) a été édifiée au début du mois de mars dans le but de favoriser leur retour dans la sablière. Les travaux ont été effectués par l’entreprise Floreco, spécialisée notamment dans l’aménagement et l’entretien de sites naturels.

Autrefois présentes sur le territoire de la commune, jusque dans l’ancienne carrière de Rosières, les Hirondelles de rivage ont disparu chez nous au milieu des années 1990. Cette espèce troglodyte, migratrice, creuse son nid au bout d’une courte galerie dans les matériaux friables tels le sable des berges ou les fronts d’exploitation des sablières. Toujours présentes à Mont-Saint-Guibert, certaines d’entre elles migrent plus au nord encore, survolant le territoire de Rixensart.

- Apects techniques :

JPEG - 19.3 ko
Falaise artificielle de type Plumalia

La falaise artificielle mesure 4 m de long et 3 de haut et consiste en deux étages superposés. La couche inférieure est formée d’un bloc de stabilisé maigre (100 kg de ciment par mètre cube) d’une hauteur de 2,30m, afin d’assurer la quiétude des oiseaux contre les prédateurs et les... vandales. Pour « rentabiliser » l’étage inférieur, cinq nichoirs en bois ont été intégrés à la masse du stabilisé, destinés aux hérissons, aux chauves-souris et aux martins-pêcheurs.

Le deuxième étage, de 70 cm de hauteur, est constitué de plusieurs couches successives de sable damé d’une dizaine de cm d’épaisseur, tel un mille-feuille. Le périmètre de chaque couche est saupoudré de ciment pur (type P50) sur 20 cm environ pour créer une fine couche dure pérennisant cet étage. Plus friable, cette seconde couche accueille la nidification des oiseaux. L’épaisseur de la falaise, de 150 cm, a été prescrite par Plumalia, tant pour la stabilité de l’édifice que pour permettre aux hirondelles de s’installer sur n’importe quelle face de la falaise et ainsi, de disposer d’une épaisseur suffisante pour leur terrier/nid.
Au sommet de la falaise, une toiture étanche végétalisée a été placée pour pérenniser le projet, dont l’espérance de vie est estimée à 20 ans. La végétalisation de cette toiture se fera progressivement par la banque de graines se trouvant dans le substrat prélevé sur place.

Enfin, le coffrage utilisé pour l’opération provient de grumes de douglas, de frêne et de chêne débités en voliges par Floreco, qui dispose d’une scierie mobile. Une fois le coffrage de la falaise déposé, à la fin mars, celui-ci sera récupéré par Plumalia pour la fabrication de nichoirs. Ainsi, rien ne se perd, tout se transforme.

- Pour tout renseignement complémentaire :
PCDN - Eco-conseillère : Mélanie Marion - Tél. : 02 634 35 95
ASBL Plumalia : Bruno Marchal
Floreco : Nicolas Servais


L’entreprise Floreco au travail, début mars 2013

JPEG - 34.9 ko
JPEG - 33.6 ko
JPEG - 28.9 ko
JPEG - 30.5 ko
JPEG - 23.6 ko
JPEG - 38.5 ko

Pièces jointes