Recherche

Accueil du site / Sites naturels / Rosières / La sablière de Rosières

L’ancienne sablière de Rosières, propriété communale, présente un intérêt biologique indéniable de par la présence d’espèces et d’habitats naturels rares et à grande valeur patrimoniale en Brabant. Le site est repris comme Zone centrale ouverte au Plan Communal de Développement de la Nature, et également comme Site de Grand Intérêt Biologique par la Région wallonne.

En savoir plus sur les travaux

JPEG - 36.8 ko
La sablière
JPEG - 24.9 ko
Vue du site depuis la falaise

- Au niveau de la faune
Présence de plusieurs insectes raréfiés comme la Cicindèle champêtre, la Cicindèle hybride et une petite abeille solitaire (Colletes cunicularius) qui est intégralement protégée en Région wallonne ce qui implique qu’il est interdit de détériorer ou de détruire les sites où elle se rencontre. Une colonie d’Hirondelles de rivage y était présente jusqu’en 1993, date à laquelle la Commune prit malencontreusement l’initiative de taluter la falaise sableuse, l’empêchant ainsi d’y nidifier.

- Au niveau de la flore et des champignons
Plus de 90 espèces de plantes supérieures ont pu y être recensées, dont plusieurs de grand intérêt patrimonial et de conservation comme la Canche précoce (Aira praecox), le Pied d’oiseau délicat (Ornithopus perpusillus) et la Vulpie queue d’écureuil (Vulpia bromoides).
Quant aux champignons, près de 70 espèces ont été observées dont quelques une intéressantes ou peu communes chez nous : le Tricholome imbriqué (Tricholoma imbricatum), le Laccaire (Laccaria bicolor) et la Lépiote châtain (Lepiota castanea).

- Au niveau des habitats naturels
Les différentes espèces citées ci-dessus vivent dans les zones sableuses rases et peu colonisées par la végétation. Elles sont qualifiées d’espèces pionnières. Les habitats naturels leur convenant sont présents dans la sablière. Ce sont les pelouses rases sur sable et les falaises sableuses.

JPEG - 35.2 ko
La falaise, menacées par les engins motorisés
JPEG - 38.8 ko
Le chemin de la Carrière

- Menaces engendrées par la pratique du motocross
Du point de vue écologique :
- Labour et piétinement intense du sol par les engins motorisés, ce qui empêche l’installation des plantes et détruit les pelouses existantes,
- Profond orniérage des falaises qui a pour effet une banalisation du relief et la destruction des micro-habitats, notamment pour les insectes sabulicoles,
- Lors des épisodes pluvieux soutenus, une forte érosion du site se produit, ce qui accentue encore les ornières et emporte du sable loin en aval.
Du point de vue du cadre de vie
- La fréquentation du site par ces engins motorisés entraîne d’importants désagréments aux riverains, par la pollution sonore importante que ceux-ci engendrent.
- Les usagers doux se voient fréquemment menacés sur les chemins et sentiers environnants par ces motos et autres quads qui dévalent ces derniers à toute vitesse.
- Les propriétés voisines sont également fort fréquentées par ces engins motorisés, qui y font beaucoup de dégâts.

- Solutions à apporter
À court terme
- Pose de panneaux explicites d’interdiction pour les engins motorisés, au niveau de la sablière, mais aussi aux différents accès,
- Pose d’une clôture solide autour du site de la sablière,
- Pose d’une barrière aux deux extrémités du chemin de la Carrière, permettant le passage des usagers doux (piétons, cyclistes, cavaliers) mais non celui des engins motorisés.
À moyen terme
- Réfection de la paroi pour les hirondelles de rivage,
- Restauration des pelouses sur sable par débroussaillage et déboisement léger.

Julien Taymans
novembre 2008
Photos Françoise Leleux

Pièces jointes